Acupuncture

L’acupuncture est la partie la plus connue de la médecine chinoise et également la plus utilisée en Occident.

Le traitement d’acupuncture consiste à insérer des aiguilles fines dans des zones très précises. Ces zone sont définies anatomiquement et nommées “points d’acupuncture” afin de stimuler l’énergie et de rétablir les équilibres rompus. Par ce procédé, l’acupuncture rétablit ainsi ceux qui étaient sources de maladie ou de mal-être.

Quelques données théoriques sur l’acupuncture

Le terme chinois usuel 针灸 (zhēnjiǔ) désigne à la fois l’acupuncture et une pratique proche et complémentaire appelée la moxibustion .

Le terme de latin médical « acupunctura » a été forgé au xviie siècle par le médecin hollandais Willem Ten Rhyne. Il est formé de acus, « aiguille » et punctura, « piqûre ».

L’acupuncture et le Yin & Yang

Selon la tradition chinoise, l’être vivant (et en médecine chinoise plus particulièrement l’Homme), est une organisation résultant de la combinaison de matière et d’énergie. Le corps matériel ou physique de nature yáng est animé par l’énergie de nature yīn. L’équilibre harmonieux entre ces deux composants conditionne l’état de santé. Les perturbations de cet équilibre sont responsables de la maladie – ce que tend à rééquilibrer l’acupuncture. Toute perturbation de nature à rompre cet équilibre affecte d’abord préférentiellement l’énergie. Par exemple, un excès de yáng pourra générer une douleur soudaine, une inflammation, des spasmes, un mal de tête ou encore une augmentation de la tension. Un excès de yīn pourra se traduire par des douleurs diffuses, une sensation de froid, de la rétention d’eau ou une grande fatigue. Voir toutes les maladies curables que peut traiter l’acupuncture.

L’énergie (Qi) est en mouvement et sa perturbation principale sera l’entrave au mouvement : le blocage. L’énergie bloquée en une région du corps matériel s’accumule en amont du blocage, alors que les régions en aval du blocage vont se trouver en déficit énergétique. En présence d’un état de pathologie ainsi décrit, l’acupuncteur va établir son diagnostic. Il recherche les niveaux auxquels l’énergie est bloquée, et quelle est la raison du blocage. Il va ensuite appliquer son traitement d’acupuncture (sinon la moxibustion, un remède de pharmacopée chinoise ou d’autres traitements en médecine chinoise) en levant le blocage et en corrigeant, si cela se peut, la raison de ce blocage. L’aiguille, entre autres moyens, va lui permettre de diriger le cours des énergies.

Les méridiens, canaux d’énergie fondamentaux que l’acupuncture vise à rééquilibrer

L’énergie circule notamment le long de conduits appelés méridiens. A partir des méridiens, elle se répand dans le corps pour insuffler son principe vitalisant (yáng) à l’ensemble des constituants de l’organisme. Elle a une certaine correspondance avec le sang. Lui-même, circule dans des conduits (vaisseaux) et se répand dans tout le corps pour l’irriguer de son principe yīn. Ces principes sont la science base à partir de laquelle va venir agir l’acupuncture.

Il y a plusieurs énergies que cherche à rétablir l’acupuncture, chacune ayant sa spécialité ; outre les méridiens principaux, il y a une foule de méridiens aux fonctions diverses que l’acupuncture traite; l’équilibre de l’organisme humain doit toujours être évalué relativement à celui de son environnement, et de cycles qui vont en rythmer l’évolution. Cycles avec lesquels il devra rester en harmonie et dont les correspondances matérielles (les cinq éléments) vont servir de repère à l’acupuncteur pour établir son diagnostic et son traitement, en fonction de règles subtiles qui trouvent leur origine dans le taoïsme. Il y aurait de nombreux éléments à présenter encore pour comprendre l’acupuncture en détail et un bon médecin chinois parfait sa connaissance sur des décennies.

Les commentaires sont clos.